Sciatique : comment calmer la douleur au plus vite

dos

C’est entre 35 et 50 ans que les sciatiques sont les plus fréquentes. La douleur qui naît au bas du dos irradie alors dans la fesse et le long de la jambe. Le défi ici : agir au plus vite pour éviter qu’un fond douloureux ne s’installe.

« Dans la majorité des cas, un traitement à base d’antalgiques et d’anti-inflammatoires, associé à du repos suffisent à soulager une sciatique » assure le Dr Florian Bailly, rhumatologue à l’hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris. La douleur va s’estomper progressivement en une à trois semaines.

Des séances de kinésithérapie, d’ostéopathie ou de chiropraxie peuvent accélérer la guérison et éviter les rechutes. Cependant, « comme la sciatique découle souvent d’un début de hernie discale, à savoir une lésion au niveau d’un disque intervertébral, des manipulations inadaptées peuvent aggraver la situation. Donc toujours demander l’avis de son médecin avant », insiste le Dr Gilles Mondoloni, médecin ostéopathe et acupuncteur à Maisons-Laffitte.

Une radio ne suffit pas pour identifier une hernie
Une hernie discale est identifiable sur un scanner (pour les hernies de grande taille uniquement) ou une IRM du bas du dos, pas avec une simple radio. Ces examens sont prescrits si la sciatique persiste malgré un traitement bien conduit.

« Les personnes souffrant d’une sciatique peuvent aussi venir nous voir directement », assure de son côté Caroline Lambert, chiroprateur à Paris. Car avant d’effectuer des manipulations, un chiropracteur sérieux analyse les examens réalisés. « Soit le patient arrive muni de son imagerie (scanner, IRM) prescrite par un médecin consulté antérieurement. Soit je lui demande d’en réaliser pour la séance suivante ».

Comme en cas de lumbago, phytothérapie, hypnose et auriculothérapie peuvent aussi aider à soulager la douleur. « Des tisanes ou des gélules d’Harpagophytum, une plante anti-inflammatoire, peuvent être efficaces », ajoute le Dr Mondoloni.

Des impulsions électriques peuvent aussi aider
C’est la technique du TENS, pour « stimulation électrique nerveuse transcutanée ». Ce traitement repose sur l’utilisation d’un appareil constitué d’électrodes applicables sur la peau au niveau du dos et de la jambe, et d’un boitier qui envoie des impulsions électriques à travers la peau.

« Ces ondes brouillent le message nerveux douloureux, et détendent les muscles. Ce qui soulage la douleur », explique le Dr Bailly. Ce traitement peut être prescrit par médecin spécialiste de la douleur si le traitement médicamenteux ne suffit pas, et en complément de celui-ci. Utilisable chez un kiné ou à domicile, il réduit la douleur chez plus de 50% des patients.

Si ça dure des semaines, place aux infiltrations
Réalisées par un radiologue ou un rhumatologue sous contrôle radioscopique, celles-ci consistent en une injection de médicaments anti-inflammatoires puissants, des corticoïdes, entre deux vertèbres, sur le trajet du nerf à l’origine du conflit avec le disque. L’objectif est de réduire l’inflammation au niveau de ce nerf, et ainsi de diminuer la douleur.

Le geste dure une quinzaine de minutes et est peu douloureux. En général une amélioration est sensible au bout quelques jours. Renouvelable 2 à 3 fois. Pas plus, car il existe des risques, même s’ils sont faibles : allergies ou infections au niveau du site d’injection.

Ref : www.topsante.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

FORUM DE LA MAURICIENNE